Communiqués

Bilan de fin de vie politique – Karine Vallières #députéedeterrain

C’est sur le terrain, à l’étang Burbank, que Karine Vallières a dressé aujourd’hui son bilan de ses six années de vie politique. C’est par un message touchant mais efficace, comme elle l’aura été en tant que députée du comté de Richmond, qu’elle a livré des exemples de réalisations, mais également ses impressions sur son parcours public.

Loin d’énoncer une liste de réalisations, la députée de Richmond a plutôt profité de cette présentation de bilan pour réitérer sa fierté d’avoir représenté les citoyens du comté de Richmond en étant ce qu’elle est : une députée de terrain authentique et vraie, animée d’une politique du gros bon sens. 

C’est ainsi que la députée de Richmond a réitéré que pour elle, il n’y a pas eu de petits ou grands sujets, de petits ou grands dossiers, de petites ou grandes municipalités. « Cela a été un honneur de servir les citoyens, jour après jour, dans les petits comme dans les plus grands moments, parce qu’ils étaient tous importants. Mon travail de députée, c’est un travail de tous les jours qui peut se résumer à trouver des solutions et à créer des ponts pour les mettre en œuvre. Au bureau de circonscription, mon équipe et moi sommes toujours fiers de faire une différence dans la vie des citoyens qui viennent nous voir pour les aider à démêler une décision les concernant. Ce sont des dossiers dont on ne parle pas sur la place publique, mais qui font une différence dans la vie des gens, de leurs enfants, de leur famille. Il y a également tous les dossiers municipaux, d’entreprises, d’agriculture et d’organismes qui ne sont pas non plus toujours visibles, mais qui ont beaucoup d’importance aussi. »

Grâce à ses interventions, sa persévérance – son acharnement parfois!- à sa politique du gros bon sens et parce qu’elle ne fait jamais les choses à moitié, la députée Karine Vallières a la satisfaction d’avoir fait tout ce qu’elle pouvait : « Oui, je suis satisfaite. J’éprouve la satisfaction d’avoir marché dans les pas de mon père, un modèle exemplaire de ce que doit être un député, et la satisfaction d’avoir aussi laissé mes propres traces pour la suite des choses. La satisfaction d’avoir démontré que les lignes de partis et les cassettes politiques ne sont plus l’adage de réussite. La satisfaction d’avoir défendu « mon monde », même publiquement, malgré l’orientation gouvernementale. Je l’ai toujours fait avec grand respect de mon équipe politique, et je ne l’ai pas fait pour tout et rien non plus. Ainsi, c’est avec satisfaction, au terme de ces deux mandats, que je peux dire « mission accomplie » puisque tout au long de ces six années politiques, j’ai contribué, à ma façon, à enrayer le cynisme envers la politique et les politiciens, et à rapprocher la politique des citoyens et non les citoyens de la politique. La politique est un monde de compromis mais, pour vous, j’ai voulu en faire le moins possible, pour en obtenir le plus possible. En obtenir le plus possible, autant dans la MRC des Sources, celle du Val-Saint-François

que dans l’arrondissement Rock Forest – Saint-Élie – Deauville de la Ville de Sherbrooke. En obtenir le plus possible, toujours en mettant au centre de toutes actions : les citoyens. »

Faire preuve de jugement et de discernement aura porté les choix de batailles de Karine Vallières. « J’ai toujours dit que si on choisit toutes les batailles, on risque d’en gagner très peu. J’ai été réaliste, j’ai donné l’heure juste, et j’ai rendu des comptes régulièrement à la population. J’ai, sur ma route, des réalisations qui resteront un legs collectif, et qui m’auront aussi permis de grandir comme individu.»

La députée Karine Vallières invite d’ailleurs les citoyens à prendre connaissance de son bilan où une « liste sommaire » de ses réalisations est disponible aux pages 26 et 27. Ce qu’il faut retenir selon elle? Qu’elle a eu cette capacité à vraiment être une députée de terrain et à trouver une voie de passage pour que des solutions se dessinent dans plusieurs dossiers où bien des gens n’y croyaient plus. Bref, elle n’a jamais lâché. Pour elle, le rôle du député doit être valorisé, et cela passe par des actions des principaux concernés.

«Le 1er octobre, je quitte la vie politique. Je ne pourrai jamais regretter d’avoir choisi ma vie personnelle, mais je mentirais si je disais que tout ça ne me manquera pas. Parce que je ne fais pas de politique, je la vis», conclut la députée de Richmond, qui sera entourée de ses proches pour une soirée organisée en son honneur ce 21 juin.

On l’aura vite appelée « Karine » et non pas « Madame la Députée». On l’aura surtout vite adoptée. Et ce sera long avant qu’on l’oublie.

-30-

 

 

 

 

Pour information :

Jacynthe Bourget, attachée politique
Karine Vallières, députée de Richmond et adjointe parlementaire du premier ministre | volet jeunesse
Cell. : 819 437-8303

Facebooktwitterlinkedin

Laisser un commentaire