blogue

Lise, guerrière, Karine, soldate

Vous avez beaucoup entendu parler de Lise Thériault dans les dernières semaines. C’est certain! Parce que Lise, elle travaille beaucoup, elle fonce, elle abat des murs et elle dépasse les attentes. C’est une guerrière.

Avez-vous lu l’article de Michèle Ouimet de ce matin dans La Presse+, La colère coupable d’une femme? celui de Pascale Breton, La faiblesse des femmes? Je vous les suggère fortement.

Parlant colère, j’ai pris plusieurs jours avant de me défâcher. La façon dont elle a été traitée est inadmissible. Les médias veulent vendre, les réseaux sociaux s’enflamment sur des demi-faits et demi-vérités. Tout va vite. Ce n’est la faute de personne, mais c’est la faute de tout le monde aussi. L’époque où l’on prenait le temps de digérer la nouvelle, de penser sa réaction et d’évaluer ses options est révolue. On vit le micro et la caméra sous le nez, réaction instantanée souvent obligée.

Faut qu’on se le dise, les politiciens, nous sommes détestés, ou en tous cas, mal aimés, mal connus. Alors chaque petit geste est scruté à la loupe, chaque mot est évalué. Moi, ça ne me dérange pas. Ça me motive plutôt! J’assume la vitesse de l’information d’aujourd’hui, mais je m’assume aussi. Je m’assume en tant que femme dans ma vision des choses, dans ma façon de les analyser et de les gérer. Je m’assume dans mon émotivité, dans ma sensibilité. Je m’assume dans mon authenticité.

Sans fausse modestie, je crois que la société devrait aspirer à chercher plus de ces femmes qui veulent percer ce milieu encore trop masculin. Justement pour notre finesse à jongler avec les dossiers, notre éternel besoin de nous dépasser et notre ardeur au travail, qui découlent, entre autres, de notre sensibilité.

Oui, nous pouvons nous emporter. Comme le font nos confrères. Les défis sont gros, les dossiers souvent profonds et les crises se succèdent parfois très vite. Je déplore que, en tant que femme, nous soyons jugées trop facilement. Je le sais, je le suis. Et je le sais, pour succéder à un homme de grande bonté et de grande sensibilité aussi. Pourtant, la perception des gens à mon égard est différente. Et oui, je suis une femme.

J’appelle ça le supplice de la goutte d’eau : un petit commentaire par ici, une image par-là, un geste, et oups, un autre commentaire, un article, les réseaux sociaux… et un petit sous-entendu par ici… On encaisse. Mais la répétition fait mal, surtout quand c’est, à la base, injustifiée.

Lise est guerrière et moi je suis fidèle soldate à ses côtés. Je m’assume parce que j’ai décidé que malgré tout ce que je connaissais du milieu politique, que j’allais rester vraie, que je me battrais pour cela. C’est ce que les gens ont choisi quand ils m’ont élue et c’est ce que je livre au quotidien : l’heure juste. Pour enfin arrêter d’être mal-aimés, ne devrait-on pas cesser la vieille politique? L’opposition la nomme déjà ex-ministre ici à l’Assemblée nationale. On n’applaudit plus en chambre, bonne chose. Mais cette proposition vient du parti même qui a poussé les excès jusqu’à obtenir la démission de mon père à l’époque où il était président de l’Assemblée. Cynique me dites-vous? Y’a de quoi…
On verse des larmes en point de presse, et puis? Vous voulez que la politique soit vraie, laissez-nous l’être, vous verrez, c’est selon moi ce qui amorcera le réel changement, pas juste des slogans de faire de la politique autrement.

Depuis mon arrivée en 2012 que je le dis : «  Je ne fais pas de politique, je la vis ». Lise, guerrière, j’espère qu’après ce repos, tu nous reviendras encore plus forte pour continuer à abattre des préjugés, à défoncer des barrières et à tracer la voie d’autres soldates, comme tu le fais, pour moi.

Facebooktwitterlinkedin

commentaire (5)

  1. Michel Purcell

    04 Nov 2015 - 23 h 49 min

    J’adore ta façon de voir les choses et surtout de nous les communiquer comme tu sais si bien le faire. Probablement comme tu dis «tu la vis cette politique» et tu nous donnes toujours l’heure juste, pour moi vous Karine et Lise vous êtes des exemples à suivre.

    Continuez on vous aimes et on vous admirent.

  2. andregauthier

    05 Nov 2015 - 16 h 08 min

    Bravo les filles, continuez à avancer.

  3. Lise Proulx

    05 Nov 2015 - 19 h 36 min

    Bien d’accord avec vous!

  4. Bianca

    05 Nov 2015 - 22 h 54 min

    En la voyant elle et sa peine à la télé je me suis exclamée « les requins qui veulent la place vont mettre en action des stratégies, des trolls etc pour la démolir ». Je sais car j’ai travaillé. Pour deux ministres « been there »

    Juste te dire que la méchanceté vient certes de l’opposition mais elle vient aussi de l’interne ma belle Karine. Je te respecte tu es une bonne personne… Mais faut pas oublier que les serpents venimeux sont aussi dans ton propre clan. Tu fais vien d’être sa soldate!!! Elle le mérite

  5. Daniele Henkel

    06 Nov 2015 - 4 h 51 min

    Bravo Karine pour votre courage et votre loyauté! Enfin!!!!
    On veut des femmes en politique mais on est pas prêt à comprendre qu’elles sont différentes! Pas incompétentes juste différentes!!! Plus sensible, peut être, plus émotive peut être et alors??? Sommes nous des Humains ou des robots???
    Et qu’avons fait comme Femme pour appuyer Mme Thériault! Juste lui dire combien on apprécié qu elle est eu le courage d’être!!!
    Ne vous demandez plus pourquoi les femmes de Coeur et de tête ne souhaitent pas faire de la politique! Mesdames si vous décidez d’en faire afin de changer notre monde pour un monde meilleur, plus humain alors TENEZ-VOUS!!!
    Merci et Bravo Karine!
    Dites à Mme Thériault que peut importe sa décision qu’on l appuie en tant que Ministre et en tant que Femme!!!

Laisser un commentaire